GABON : Les poubelles de Libreville se rebellent !

12 juin 20170
Partager

Depuis quelques jours déjà, les poubelles dans les artères de la capitale gabonaise attirent les regards des passants. La grève chez Averda amène les poubelles à se rebeller exposants les habitants de Libreville et environs aux fortes odeurs et surtout aux nombreuses maladies. Le danger guette tout le monde. Le risque du choléra, des maladies pulmonaires, respiratoires sont bien réels. C’est une question de santé publique et les autorités en charge de gérer la situation,sont une fois interpelées.

Les poubelles et les ordures se rebellent ! Elles font leur part belle. Elles ont aussi leur indépendance. Elles s’offrent en spectacle sous le regard impuissant des autorités en charge de les gérer. Les mouches acclament, les hérons chantent et les souris dansent. Que du spectacle ! Quelle belle ambiance ! Leur défilé est connu. Les odeurs nauséabondes interpellent et personne n’y échappe. On n’y passe les narines bouchées, la bouche aussi. On étouffe, on suffoque, après ouffff, comme pour exprimer la liberté après avoir été pris en otage par les fortes odeurs. Les fortes odeurs, qui parfois, rendent nerveux et nous obligent à hâter les pas comme un super athlète à l’épreuve de la marche. Les déchets, les ordures, les odeurs ou bien d’autres saletés, qu’on les aime ou qu’on les déteste, ils imposent leur hégémonie en mettant la santé des populations en danger.

Dans tous les quartiers de Libreville, la capitale, le scénario est partout ou presque le même. Une désolation sans pareille. Derrière la prison, les immondices sont en liberté provisoire et prolongée. Dans les Hauts de Guégué et les quartiers chics, les ordures offrent leur spectacle haut standing. Au trois quartiers, ça fait pitié. Du coté des Charbonnages, Kalikak, Nzeng, les déchets de tous les âges et de toutes nature nagent au bord des voies empêchant piétons et automobilistes de circuler librement.

Aux marchés de Nkembo, Mont-Bouët...les lieux où l’offre et la demande se donnent rendez-vous, c’est la désolation ! Là bas, les ordures ont une oreille dure. Plus on les néglige, plus elles perdurent. Les tas d’immondices et les produits de consommation se regardent en chien de faïence. L’un risque de ravir la vedette à l’autre. Il arrive que les poubelles renversées et ordures éparpillées fassent la pluie et le beau temps.
Le danger guette tout le monde. Le risque du choléra, des maladies pulmonaires, respiratoires et bien d’autres sont dans l’air. C’est une question de santé publique et les autorités en charge de trouver des solutions ,sont une fois de plus interpelées. Il en va du bien –être et de la protection de tout un chacun.

Martial TSONGA MBICKA

Dans la même rubrique

0 Commentaire(s)

Poster un commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?