DECLARATION COALITION POUR LA NOUVELLE RÉPUBLIQUE (Autour de Jean PING, Président élu)

19 juin 20170
Partager

Vendredi 16 juin 2017, plusieurs rédactions de médias publics et privés de Libreville, ont été l’objet d’attaques par des groupes de personnes armées et encagoulées, dans le but de diffuser un message de rébellion.
Dans une déclaration lue dans l’enceinte du Mausolée Léon Mba, Monsieur Roland Désiré ABA’A MINKO a tenu un propos qui semble faire le lien avec les incursions dans les différents médias.

Dans l’après midi, Monsieur ABA’A MINKO qui s’était présenté quelques heures plus tôt à la Délégation de l’Union Européenne à Libreville s’est rendu, sans opposer de résistance, aux forces de police dépêchées sur place.
Le Président élu Jean PING, qui a suivi cette situation particulièrement grave dès qu’il en a été informé, reste surpris et s’interroge sur plusieurs éléments de ces évènements et de leur gestion.
Il note pour s’en féliciter que le Procureur de la République a annoncé dans l’après-midi du 16 juin l’ouverture d’une enquête. Les autorités judiciaires doivent désormais au peuple gabonais, au Corps diplomatique accrédité au Gabon et à la communauté internationale, de faire toute la lumière sur cette affaire.
Il est dors et déjà regrettable que, 24 heures après qu’il se soit rendu à la police, l’arrestation de Monsieur Roland Désiré ABA’A MINKO n’ai toujours pas rendue publique par le même Procureur de la République où tout autre autorité compétente.
Il s’interroge ensuite sur le silence du Gouvernement, notamment celui du Ministre de l’Intérieur devant des faits dont la gravité à requis l’intervention du Procureur de la République, notamment en ce qui concerne la sécurité des bâtiments publics. Comment rassurer les milliers de fonctionnaires qui doivent se rendre à leurs lieux de travail ce lundi 19 juin, ainsi que les usagers de l’administration ?
Au-delà de ces interrogations, que dire de la troublante coïncidence entre la survenance de ces évènements trois (3) jours avant la venue de la Mission de la Cour Pénale Internationale (CPI), au Gabon, prévue pour le 20 juin 2017.
Devant la grave situation de crise dans laquelle se trouve le Gabon depuis le Coup d’État militaro- électoral du 31 août 2016 et la situation de blocage institutionnel qui en résulte, comment ne pas s’interroger sur l’intérêt pour certains de voir sombrer le pays dans la confusion et le chaos, afin de justifier de l’installation d’une situation d’exception ?
Afin que ne subsiste aucune ambigüité, le Président élu Jean PING et la Coalition pour la Nouvelle République condamnent avec la plus grande fermeté toute violence politique et tout acte à caractère terroriste.
C’est le lieu de rappeler si cela était encore nécessaire, l’attachement de Monsieur Jean PING aux principes de la démocratie et aux valeurs Républicaines. Contrairement à ceux qui ont toujours eu besoin de recourir à la force et aux massacres pour s’imposer au pouvoir contre la volonté du suffrage universel, Monsieur Jean PING a été élu de manière incontestable par le peuple gabonais le 27 août 2016.
Lors de la dernière rencontre de la Coalition avec le Chef de la Délégation de l’Union Européenne, le mardi 13 juin 2017, le Président élu Jean PING l’a renouvelé, en présence de Monsieur Roland Désiré ABA’A MINKO, et clairement condamné tout recours à la violence politique. Il a souligné la nécessité du rétablissement pacifique de la vérité des urnes au Gabon.
Le Président élu Jean PING attire l’attention de l’opinion et de la communauté internationale sur la nécessité de ne pas se servir opportunément de ces évènements, auxquels ni lui, ni la coalition ne sont mêlés d’aucune manière, pour créer au Gabon une situation d’exception à travers laquelle, tous les excès et toutes les violations trouveraient leur justification.
Enfin, la Coalition pour la Nouvelle République et le Président élu Jean PING, invite l’Union Européenne, parce que c’est depuis son territoire que Monsieur Roland Désiré ABA’A MINKO s’est rendu à la police, à s’impliquer sans retenu dans l’enquête ouverte par le Procureur de la République.
Au peuple Gabonais, le Président élu lance un appel à la vigilance et à la retenue.


Fait à Libreville, le 17 juin 2017
Le Porte-parole

Jean Gaspard NTOUTOUME AYI

Dans la même rubrique

0 Commentaire(s)

Poster un commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?